Nicely Made in China

China news on quality products, lifestyle, design and services.

ROUGE BAISER-ELISE-Linge de maison brodé / (Shanghai – 上海)

Commentaires fermés

This post is also available in: Chinois simplifié, Anglais

Si vous habitez Pékin ou Shanghai vous avez peut être remarqué en vous promenant ces boutiques au nom étrange suivi d’un prénom: Rouge baiser – Elise. A Pékin la boutique est cachée dans une rue ombragée de Sanlitun et à Shanghai elle est située dans la très branchée Fuxing Lu. Nicely Made in China a suivi le fil rouge qui orne les vitrines de cette jeune marque et a rencontré au bout de ce fil la française Elise de Saint Guilhem qui a parlé de broderie, de mélange de couleurs et des différences – ou du manque de différence en fait – entre les clients occidentaux et les clients chinois.

Elise, quand et comment Rouge Baiser-Elise a-t-il démarré?

Je suis arrivée à Shanghai en 2001.  Je suis avocate de formation mais je voulais faire quelque chose de différent or j’ai toujours été fascinée par la broderie à la main et l’idée de faire du linge de maison brodé à la main s’est rapidement imposée. A Shanghai en 2001 il n’y avait pas beaucoup de jolies boutiques mais je suis tombée sur ce lieu, une maison des années 30 et j’en suis tombée amoureuse. Nous avons ouvert sur la Fuxing Lu en mars 2003 et la boutique de Pékin en 2006.

D’où vient ce nom Rouge Baiser-Elise?

J’avais envie de quelque chose de décalé. Rouge Baiser est le synonyme pour moi, de cadeau que l’on se fait ou que l’on fait. Elise en est la signature et la ligne rouge est comme une ligne de vie.

D’où vient votre inspiration?

La nature est pour moi une grande source d’inspiration. La nature, mais je m’inspire également de la peinture abstraite. J’aime le travail de Mark Rothko qui est très coloré et simple. J’aime concevoir tout ce qui est linge de lit comme un tableau: soit avec une broderie très simple et très colorée ou bien alors avec une broderie plus chargée mais dans des tons discrets – en utilisant 4 tons de gris par exemple.

Qui est responsable du design chez Rouge Baiser?

C’est moi. Je fais des recherches dans des musées ou je peux partir d’estampes japonaises ou chinoises. Je me laisse imprégner par les jardins français très construits ou d’autres plus sauvages. Pour m’aider j’ai une assistante chinoise, Shirley, et je démarre une collaboration avec une graphiste française basée aux Etats-Unis. Elle va travailler sur la nouvelle collection de Rouge Baiser baptisée “C’est dans l’air”.

Où et comment avez-vous trouvé vos brodeuses?

Je me suis d’abord rendue dans les régions où je savais qu’il y avait une forte tradition de broderie chinoise. Cela a pris du temps mais j’ai fini par trouver une vingtaine de brodeuses avec qui je travaille régulièrement. Elles sont toutes excellentes!

Quels tissus aimez-vous utiliser?

J’utilise un mélange de lin et de coton du nord de la Chine. Aujourd’hui on trouve de la percale de coton de très bonne qualité.

Comment qualifiriez-vous votre relation avec vos collaborateurs chinois?

Mon lien avec la Chine est très fort. Des ouvrières sont avec nous depuis le démarrage. Nous avons avons 7 employées à plein temps. Je pense qu’elles ont senti que nous allions faire un bout de chemin ensemble.  Ce sont des gens qui me donnent énormément. Ce qui est fondamental pour moi est que ce travail leur permette de vivre. J’ai à coeur, au delà du côté commercial de l’entreprise -et je le dis sans fausse naïveté-, d’aider les gens qui m’entourent à progresser.

Combien de collections produisez-vous par an?

Nous produisons 2 collections par an, autour de 2 thèmes associés à une palette de couleurs. Je crée des couleurs que je fais ensuite réaliser. Au début ils sont toujours surpris par mes demandes: du linge de lit caramel ou un gris avec du violine. Mais un an plus tard je retrouve des articles similaires avec les mêmes couleurs dans les salons professionnels.

Qui compose votre clientèle?

A Pékin notre clientèle comprend 30% de gens locaux -par gens locaux j’entends les gens qui n’ont jamais voyagé à l’étranger- et le reste de la clientèle est étrangère – dans la clientèle étrangère j’inclus les chinois qui ont vécu à l’étranger. A Shanghai le ratio est 20 / 80. Tous nos clients aiment en général les mêmes produits. Par exemple je suis toujours très heureuse de voir une cliente chinoise choisir une parure de lit et un peu plus tard voir une cliente allemande choisir exactement la même chose. Je pense que les gens continuent d’associer la broderie au trousseau de mariage et qu’il y a là quelque chose d’universel. Une autre chose que je trouve très gratifiante est que l’on nous demande maintenant si nos produits sont des produits importés. Une preuve de plus que des articles de qualité peuvent être produits en Chine.

Il semble qu’il y ait de plus en plus de sociétés chinoises qui sont dirigées par des gens qui comme vous, sont basés hors de Chine. Que faut-il faire pour que ça marche bien?

Rouge Baiser est une WOFE (Wholly Owned Foreign Enterprise ou une société ayant pour seul propriétaire un étranger) que j’ai montée en 2007. Pour diriger une société chinoise depuis l’étranger il vous faut un ou deux collaborateurs de confiance et vous devez vous rendre en Chine tous les deux mois. J’ai décidé de rester la directrice générale et je suis en contact quotidiennement avec le bureau. Mais j’essaie aussi de ne pas être trop présente quand je sais qu’elles sont débordées de travail.

Elise, pour terminer, où les lecteurs et lectrices de NMiC peuvent-ils acheter vos produits?

Soit sur notre site: www.rougebaiser-elise.com ou bien dans une de nos boutiques.

À Shanghai

299-2, Fuxing Xi Lu, Shanghai 200031,

Tel: (8621) 64 31 80 19

Comments are closed.